Questions au Gouvernement: Intervention en hémicycle sur la souveraineté numérique

Florian Bachelier, très engagé sur les questions de cybersécurité et souveraineté numérique, vice-président du Groupe d’Amitié France-Estonie et co-président d’un groupe d’étude sur la cybersécurité au sein de la Commission de la Défense et des forces armées, est intervenu mercredi 22 novembre en hémicycle pendant la séance de Questions au Gouvernement.

Il a adressé au Secrétaire d’Etat au Numérique Mounir Mahjoubi la question suivante:

« Monsieur le Premier ministre,

Les récentes révélations sur la compromission de données stockées par Uber doivent nous alerter une fois encore sur l’importance de mener la bataille de la sécurité numérique.

En effet, les États, les Parlements, toutes nos entreprises, les systèmes de soins, les transports, les systèmes de défense, les circuits énergétiques, nos données personnelles avec l’explosion de l’IoT, tous nos réseaux, sont susceptibles d’être compromis.

En d’autres termes, il est aujourd’hui devenu possible de mettre à genoux n’importe quelle puissance, étatique ou privée, si l’on maîtrise la donnée.

Parallèlement, les attaques auxquelles nous faisons face sont de plus en plus nombreuses, et sophistiquées. 99 % d’entre elles sont transfrontalières. Les cyberattaques se combinent avec des moyens cinétiques conventionnels pour mener des opérations hybrides, comme en Ukraine.

C’est donc un paysage fragmenté, en évolution de plus en plus rapide, dans lequel la France doit trouver la voie de sa souveraineté.

Le Président de la République a tracé cette voie lors du Sommet de Tallinn en septembre dernier. C’est en renouant avec le fondement même du projet politique européen, la coopération entre États, que la France pourra remporter la bataille de la sécurité numérique avec nos partenaires, l’Allemagne et l’Estonie, au premier plan. C’est au niveau de l’Europe que nous relèverons le défi. Des avancées notables sont en cours : le Règlement de protection des données personnelles, la directive NIS, les discussions autour de la taxation des GAFA.

L’enjeu n’est nul autre que celui de la souveraineté française dans le siècle qui commence. Cela ne peut appeler nos clivages habituels.

Nous avons collectivement perdu la bataille d’internet il y a 10 ans, nous ne pouvons pas perdre celle de la donnée aujourd’hui.

Pouvez-vous donc, Monsieur le Premier ministre, confirmer à la Représentation Nationale, l’engagement total de votre gouvernement dans ce combat essentiel.

Je vous remercie. »

La réponse du Secrétaire d’État est visible ici: