La fin des zones blanches et le haut débit pour tous

L’amélioration de la couverture mobile du territoire et la fin des « zones blanches » : un enjeu social fondamental et un droit prioritaire à l’ère du numérique

Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, a annoncé la signature d’un accord historique passé entre le Gouvernement, l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) et les opérateurs mobiles afin d’améliorer la couverture numérique des territoires. Chantier prioritaire du Président de la République, la résorption de la fracture numérique avait été fixée dès la première Conférence Nationale des Territoires. Le Gouvernement s’était, dès lors, engagé à garantir l’accès de tous les citoyens au bon débit et à fournir un réseaux très haut débit d’ici 2022 à l’ensemble des territoires de la République mais également à généraliser une couverture mobile de qualité dès 2020. L’amélioration de la couverture mobile du territoire et la fin des « zones blanches » constituent ainsi, selon Florian Bachelier, « un enjeu social fondamental et un droit prioritaire à l’ère du numérique ».

Le haut débit pour tous : un accord historique

Cet accord a pour ambition d’accélérer la transformation numérique de la France et de rendre l’internet mobile accessible pour tous sur l’ensemble du territoire. Sur proposition de l’ARCEP, les quatre opérateurs de téléphonie mobile (Bouygues, Free, Orange, SFR) s’engagent à déployer 5.000 sites mobiles d’ici 2020 afin de couvrir toutes les « zones blanches » en haut débit. A cet effet, ils investissent plus de trois milliards d’euros afin de déployer et de généraliser la couverture mobile de qualité pour l’ensemble des français. Les quatre opérateurs mobiles s’engagent également à généraliser la réception en 4G des citoyens français sur 10 000 communes, à accélérer la couverture 4G des axes de transports et à déployer la couverture téléphonique à l’intérieur des bâtiments en utilisant notamment la voix sur Wifi.

Un déploiement transparent et un accord contraignant

La mise en œuvre de ces déploiements sera accompagnée d’une transparence totale assurée par l’ARCEP. Ces nouveaux objectifs de couverture mobile sont contraignants pour les opérateurs : les manquements pourront être sanctionnés par l’ARCEP. Elle sera en outre chargée de publier au fur et à mesure des cartes de déploiement des opérateurs.

Si le numérique figure parmi les chantiers prioritaires du Gouvernement pour 2018, l’innovation n’est pas le seul enjeu. Il s’agit en effet en premier lieu de mettre un terme à la fracture sociale et territoriale induit par le numérique. C’est une des promesses de cet accord, qui permettra d’inclure progressivement les 13 millions de Français aujourd’hui encore en marge de la révolution numérique.