La Police de Sécurité du Quotidien : un engagement tenu par le Président de la République

En instaurant une Police de Sécurité du Quotidien, le Président de la République engage la modernisation et adapte notre modèle de sécurité aux attentes et aux préoccupations renouvelées des citoyens. Cette réforme est également l’occasion de restaurer la confiance de la population à l’égard de la police et de la gendarmerie. Nos forces de sécurité s’adaptent ainsi aux exigences du XXIème Siècle : menaces nouvelles telles que terrorisme et la cybercriminalité, mais aussi lutte contre les incivilités comme les violences sexuelles et sexistes.

Méthode rigoureuse d’édification de la Police de Sécurité du Quotidien

Afin de poser les jalons d’une Police de Sécurité du Quotidien innovante et de mener à bien une transformation d’ampleur, le gouvernement a mené une large concertation aux niveaux départemental et national. Pour la première fois, les policiers et les gendarmes ont été directement consultés, via un questionnaire en ligne. Leurs représentants, d’autres acteurs de la sécurité privée et des experts ont également été sollicités. Il émane de ces enquêtes une volonté partagée de retrouver le terrain et de se recentrer sur leur cœur de métier. Ainsi 73% des policiers jugent que les missions administratives les éloignent du terrain.

La Police de Sécurité du Quotidien : des attentes réciproques de la part des citoyens et des forces de l’ordre

Au lendemain de ces consultations, le 8 février 2018, Gérard Collomb, Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, a donc officiellement lancé la Police de Sécurité du Quotidien. Inspirée de la police de proximité instauré en 1998 par le gouvernement de Lionel Jospin, la Police de Sécurité du Quotidien est la mise en œuvre d’un engagement présidentiel. Elle a désormais pour ambition de replacer le « service du citoyen au cœur du métier de policier et gendarme » selon Emmanuel Macron. Cette réforme se donne comme objectif de faire reculer l’insécurité sur nos territoires qui est une réalité et un sentiment au cœur des préoccupations des Français. En effet, selon un sondage réalisé en janvier 2018 par l’institut Odoxa, 62% de la population indique se sentir en insécurité au quotidien. Mais la Police de Sécurité du Quotidien est également une réponse à la lassitude exprimée par les policiers et les gendarmes, qui désirent se recentrer sur leur cœur de métier et être plus accessibles pour la population. Les forces de sécurité seront désormais en capacité de concevoir des réponses opérationnelles, au plus près des réalités du terrain, et de gagner ainsi en efficacité et en disponibilité sur l’ensemble du territoire.

 La Police de Sécurité du Quotidien en quelques mesures

Le gouvernement s’est engagé à consacrer de multiples moyens en faveur de la sécurité tout en permettant aux forces de l’ordre de tisser un lien privilégié avec les citoyens qu’elles protègent. 10 000 postes de policiers et de gendarmes seront ainsi créés durant le quinquennat. Certains territoires, comme l’Ille-et-Vilaine, feront l’objet d’un renforcement particulier des effectifs. L’effort d’investissement et d’équipement sera parallèlement rehaussé. Il s’agit ainsi de permettre à la Police et à la gendarmerie de s’inscrire pleinement dans la révolution numérique et d’être en mesure de lutter contre ses nouvelles menaces. En matière d’immobilier, 900 millions d’euros seront également investis au cours des trois prochaines années. Dans ce cadre, Gérard Collomb avait de fait annoncé le 24 janvier 2018 un effort particulier pour améliorer le cadre de vie et de travail de nos forces de l’ordre à Rennes.