Dialogue de vérité avec les cheminots de l’intersyndicale à Rennes

Florian Bachelier s’est rendu lundi 23 avril à l’assemblée générale de l’intersyndicale cheminote à Rennes. Durant plus de deux heures il a répondu aux interpellations et questions des cheminots grévistes.

Réformer avec les cheminots et les partenaires sociaux

La réforme ferroviaire, aussi nécessaire qu’ambitieuse vise un quadruple objectif :

  • construire une nouvelle SNCF en renforçant l’unité du groupe.
  • réussir l’ouverture à la concurrence qui découle du droit européen.
  • le statut des cheminots : discuter des conditions de recrutement et d’emploi des futurs personnels du secteur ferroviaire.
  • rendre la SNCF plus performante car ses coûts sont actuellement 30% plus élevés que les autres opérateurs européens.

Le député de la 8ecirconscription d’Ille-et-Vilaine a rappelé à de nombreuses reprises au cours des échanges que « cette réforme doit se faire par la concertation et la négociation avec les cheminots et les partenaires sociaux. Pour réformer, nous avons besoin qu’ils soient autour de la table ».

Aucun projet de privatisation

Les débats ont aussi porté sur la crainte d’une privatisation de la SNCF. Florian Bachelier s’est montré clair « il n’y aura ni privatisation de la SNCF ni désinvestissement de l’Etat. Le Président de la République et la Ministre des Transports ont été clairs là-dessus ».

« En matière d’investissement, nous allons injecter 36 milliards d’euros dans les dix ans à venir, soit 10 millions d’euros par jour, pour moderniser le réseau. Cela représente 50% de plus que lors de la dernière décennie » a ajouté Florian Bachelier.

Les discussions se sont ensuite poursuivies à huis clos avec des responsables des quatre organisations syndicales.