Salon Viva Technology 2018 : le salon du numérique et de l’innovation

Cette semaine se déroule la 3ème édition du Salon Viva Technology.

Cet évènement est l’occasion pour la France de démontrer sa formidable capacité d’innovation et de mobilisation de plusieurs milliers d’acteurs de l’économie numérique du monde entier. La moitié des exposants provient de l’étranger, preuve du rayonnement du secteur industriel et numérique du pays.

Le Salon a ouvert ses portes jeudi à Paris et rassemble près de 2000 exposants, des grands groupes (La Poste, RATP, LVMH, etc.) et 1800 start-up. De nombreuses conférences y sont organisées notamment sur la féminisation du secteur ou encore sur les nouvelles technologies et leur impact sur la société. Une cinquantaine de grands chefs d’entreprises se sont alors déplacés : Mark Zuckerberg (Facebook), Dara Khosrowshahi (Uber), Jimmy Wales (Wikipedia) etc. La place la plus importante est donnée à l’Afrique (300 start-up africaines seront présentes), futur carrefour de l’innovation numérique. Le salon ouvre également ses portes au grand public et les organisateurs attendent 80 000 visiteurs, preuve de l’intérêt des français sur la question des nouvelles technologies.

« Le numérique est une chance pour tous et il est de notre devoir de la saisir. »

Le Salon Viva Technology permet d’ailleurs la publication de près de 700 offres d’emploi dans les domaines du marketing, du développement informatique ou encore de la communication.

La majorité parlementaire et le Secrétaire d’Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi, sont engagés aux côtés du Président de la République pour permettre à la France de s’adapter et d’anticiper l’accélération de la mutation numérique.

Quatre chantiers prioritaires pour une stratégie numérique française :

  • Créer des emplois et protéger notre économie en favorisant l’émergence de start-up ;
  • Moderniser la fonction publique et permettre aux Françaises et Français de pouvoir faire leurs démarches administratives en ligne ;
  • Accompagner celles et ceux ayant besoin d’une formation au sujet du numérique ;
  • Protéger la vie privée et professionnelle et toutes et tous, notamment sur les données personnelles ou encore la haine en ligne.

Ces transformations ne peuvent se faire qu’avec d’importants investissements au niveau des infrastructures et du capital humain. « Investir dans le numérique, c’est d’abord mettre fin aux zones blanches et former les plus vulnérables pour qu’ils puissent accéder aux 80 000 emplois à pourvoir dans le secteur. La France a la capacité de devenir un territoire d’innovation majeur et un champion du numérique. Notre pays possède déjà de nombreux atouts, notamment au niveau de la connaissance en informatique et en mathématiques et il est vital de les renforcer. ».

Règlement Général pour la Protection des Données afin de protéger les libertés de chacun : un engagement fort du quinquennat. 

Ces innovations s’accompagnent également d’une réglementation permettant aux citoyens de reprendre le contrôle sur leurs données et aux entreprises de créer de nouvelles opportunités. La loi permet donc de créer des sanctions allant jusqu’à 4% du chiffre d’affaire mondial d’une entreprise qui ne la respecterait pas. Puis les entreprises ou les collectivités, qui collectent des données personnelles, ont désormais l’obligation d’informer les citoyens de celles qu’elles conservent et comment elles les utilisent.