Rencontre avec des sénateurs américains

Florian Bachelier a rencontré lundi 29 mai des membres du Congrès Américain avec deux de ses collègues députés, Eric Bothorel et Virginie Duby-Muller. Durant plus d’une heure, il a eu l’opportunité d’échanger avec ses homologues américains sur la cybersécurité, la souveraineté numérique, la protection des équipements informatiques gouvernementaux ou encore les fake news.

Des intérêts communs partagés

La France et les Etats-Unis partagent une longue histoire avec des intérêts communs. Le domaine de la cybersécurité n’y échappe pas : 99% des attaques numériques étant transfrontalières. Il est donc vital de mettre en commun nos forces et expériences des deux côtés de l’Atlantique.

« Nous avons devant nous de nombreux défis. Nous les relèverons de nouveau ensemble en tirant partie de la force que nous donne ce lien si particulier entre nos deux pays. »

Se protéger contre la cyber menace

En tant que Premier Questeur de l’Assemblée nationale, Florian Bachelier est engagé dans la protection des systèmes de sécurité de l’institution notamment dans la surveillance des intrusions dans le réseau. Un accord avec l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) a ainsi été conclu récemment dans le but de surveiller le trafic réseau de l’Assemblée nationale. L’Agence travaille pour d’autres institutions telles que la Présidence de la République et des ministères.

Comme l’a rappelé le député de la 8ème circonscription d’Ille-et-Vilaine : « Le numérique et le cyber ne sont pas des secteurs d’activité mais bien une nouvelle forme d’organisation sociale. Ce nouveau contrat social vient, dans notre système mondial et numérisé, percuter l’ensemble des champs de politiques publiques : défense, économie, énergie, santé, médias, transports, données personnelles, etc. »

Les politiques publiques sont aujourd’hui déployées grâce à des outils numériques qui peuvent faire l’objet de piratage. La ville d’Atlanta a ainsi été attaquée en mars dernier par des hackers qui réclamaient une rançon. Cela a entrainé la fermeture de plusieurs systèmes, notamment ceux utilisés pour le paiement des factures et les services judiciaires.

Il est alors fondamental d’investir dans la protection des réseaux de nos institutions contre les cyberattaques.

Reconquérir notre souveraineté numérique

Cet échange avec les sénateurs américains était également l’occasion d’aborder le sujet de la souveraineté numérique.

Les récentes révélations concernant les détournements des données personnelles par des géants du web et l’ingérence de certains pays dans des campagnes électorales rappellent la nécessité de reconquérir à l’échelle européenne notre souveraineté numérique.

Le Règlement général sur la protection des données (RGPD), en vigueur depuis le 25 mai dernier, est un des signes de cette volonté de permettre aux utilisateurs de remettre la main sur leurs données personnelles. Les administrateurs de sites internet doivent ainsi désormais indiquer aux utilisateurs la façon dont ils utilisent leurs données personnelles tandis que ces derniers ont désormais la possibilité d’accéder à leurs données ou encore de les supprimer.

Faire face aux fake news

Enfin, Florian Bachelier a eu l’occasion de rappeler aux parlementaires américains la détermination du gouvernement à lutter contre les fausses nouvelles. Une proposition de loi contre la manipulation de l’information est ainsi à l’étude et permettrait de lutter contre ces menaces pour la démocratie. Le texte ne remet en aucun cas la liberté de la presse : il ne vise que les tentatives volontaires de manipulation de l’information et n’aura aucun impact sur le travail journalistique. Un travail de sensibilisation doit être réalisé dès le plus jeune âge afin que tous les citoyens puissent faire preuve de discernement au sujet d’une information.

Together let’s make cybersecurity great again!