Tallinn Digital Summit : vers une souveraineté numérique européenne

Le mardi 16 octobre, Florian Bachelier représentait la France au Sommet Digital de Tallinn en Estonie. Lors de ce sommet, il a rappelé l’ambition du Président de la République, du Gouvernement et de la majorité de construire un espace numérique européen fort et souverain basé sur la coopération entre Etats.

Florian Bachelier s’est exprimé lors de la table ronde relative au commerce mondial des données : « Global Data Trade (Digital Trade of Current and Next Generation of FTA’s) ».

« Le numérique n’est déjà plus une révolution, pas plus qu’un secteur d’activité. C’est le nouveau contrat social et celui-ci nous oblige. Il y a un an, Emmanuel Macron rappelait à Tallin l’engagement de la France de se doter d’un véritable agenda numérique basé sur la coopération entre Etats européens et reposant sur quatre piliers essentiels : une politique de transformation des modèles économiques pour financer l’innovation, des règles de compétition justes dans l’espace numérique mondial, le financement de biens communs essentiels pour l’avenir de nos générations que sont la culture et l’éducation et que seuls les Etats peuvent prendre en charge et enfin l’urgence de se doter d’armes puissantes en matière de cybersécurité et de cyberdéfense. Depuis, nous n’avons cessé d’oeuvrer au niveau national comme au niveau européen pour obtenir des résultats concrets. »

 

« Sans l’engagement de tous, nos nations ne pourront pas relever le grand défi de notre siècle qu’est la maîtrise de la donnée numérique. Pour cela, j’ai rappelé à nos partenaires, lors du sommet de Tallinn, la nécessité de financer l’innovation de rupture, de renégocier, avec nos partenaires américains les règles du Cloud Act pour mieux protéger nos entreprises européennes, l’urgence à nommer un médiateur dans le cadre du Privacy Shield, le nécessaire travail autour d’une transparence des algorithmes pour un retour de la confiance des peuples dans les plateformes numériques et la mise en place d’un écosystème économique et juridique favorable au développement de l’intelligence artificielle. »

 

« L’action de la France est toute entière tournée vers l’affirmation d’une certaine idée du monde numérique dans lequel nous voulons vivre et que nous partagerons sans cesse auprès de nos partenaires internationaux. C’était le sens de mon déplacement à Tallinn ce mardi. Ce que nous voulons, c’est remédier au manque de coopération dont souffre trop encore l’espace numérique international. Nous voulons construire ensemble un ordre numérique mondial coopératif qui prône le multilatéralisme contre l’unilatéralisme.

La France défend et continuera de défendre un modèle basé sur la gouvernance et la régulation. Pour plus de transparence, de justice et d’efficacité. »