Discours Prix Télécoms Innovation 2018

Discours Prix Télécoms Innovation 2018

Monsieur le Président de la Fédération Française des Télécoms,

Mesdames et Messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs,

Je suis très heureux d’être parmi vous aujourd’hui pour la remise des prix « Télécoms Innovation 2018 ». Depuis plusieurs années, vous récompensez des projets innovants sur des thématiques sociétales majeures. Par cette initiative, que je tiens à saluer ici aujourd’hui, vous vous inscrivez dans ce que je crois être la réalité du numérique depuis maintenant plusieurs années : non pas une révolution mais un nouveau contrat social qui innerve toute notre société et modifie profondément le rapport des citoyens à la puissance publique, à la consommation, au travail, à la santé, au rapport à l’autre.

Le numérique comme nouveau contrat social doit se penser avec tous : acteurs institutionnels, responsables publics, chefs d’entreprise, agents du service public, citoyens.

Aujourd’hui encore, près de 13 millions de nos compatriotes se sentent exclus du numérique. Cet état de fait renforce le sentiment d’abandon, déjà présent dans de trop nombreux territoires de la République et fait courir un risque sur notre société : celui de voir décrocher des millions de français du pacte Républicain.

Votre démarche, Monsieur le Président, soutenue par de nombreux acteurs du numérique, s’inscrit pleinement dans la volonté affichée par le Gouvernement de faire du numérique un outil au service de tous, simplifiant la vie de nos concitoyens, rapprochant l’administration des usagers et donnant à chacun les mêmes opportunités et les mêmes protections.

Pour cela, la préalable était de garantir à tous nos concitoyens, dans tous les territoires de la République, un égal accès au numérique. C’est le sens de l’accord qui a été passé entre le Gouvernement et les opérateurs en janvier dernier, négocié par Julien Denormandie alors Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre de la Cohésion des Territoires. Cet accord qui prévoit un investissement de 3 milliards d’euros, supporté par les opérateurs télécoms et la mise en service près de 5000 installations supplémentaires, permettra, d’ici 2020, de généraliser partout l’accès au haut débit et très haut débit.

Donner un meilleur accès à tous nos concitoyens au numérique nous oblige également à penser les nouveaux enjeux qui en découlent. Donner à tous la possibilité d’accéder à internet et aux nouvelles technologies suppose de former nos concitoyens à de nouveaux usages très éloignées de certaines habitudes. Cette obligation de formation, le Gouvernement et la majorité en sont pleinement conscients et c’est pourquoi nous encourageons toutes les initiatives allant dans ce sens.

Etre ici aujourd’hui, au sein de l’Atelier Numérique Google de Rennes, est aussi un symbole fort. Le Président de la République s’est engagé personnellement pour que ces ateliers voient le jour. Car aujourd’hui, la volonté politique est là. Et elle se manifeste pleinement dans la mise en place de politiques publiques innovantes au service du plus grand nombre : plan national d’inclusion numérique, mise en place d’une stratégie concertée entre l’Etat et les collectivités locales depuis décembre 2017, ouverture de 10 000 formations au numérique … autant de mesures qui vont dans le sens de l’objectif fixé par le Président de la République : 100% des français connectés et éduqués aux nouveaux usages pour que le numérique soit un accélérateur de lien social.

Vous tous qui êtes ici aujourd’hui êtes l’exemple même que le numérique est le contraire de la déshumanisation. Souvent, les responsables publics, par méconnaissance du sujet et parfois par leur incapacité à porter une vision cohérente de l’avenir de la France et de l’Europe, ont décrit lé numérique comme une menace : menace sur l’emploi, menace sur le lien social, menace sur la sécurité des Etats … La nouvelle génération arrivée au pouvoir il y a 18 mois souhaite tenir un autre discours, porter une autre vision : celle du numérique comme nouveau contrat social et comme une opportunité formidable de recréer du lien entre l’Etat et nos concitoyens, entre les collectivités locales et nos concitoyens, entre nos concitoyens, tout simplement.

Les projets qui sont primés aujourd’hui sont la preuve que l’innovation numérique peut se mettre au service de tous et notamment des plus fragiles.

Sensibilisation des ménages précaires par le biais d’une application d’aide à la gestion financière pour prévenir les risques de surendettement et parler d’argent sans tabou, mise en place d’un parcours digitalisé pour stimuler l’employabilité des plus jeunes et des personnes éloignées de l’emploi, mise en place d’un kit numérique pour faciliter les démarches administratives en ligne : ces trois projets primés aujourd’hui illustrent la mobilisation de toute la société pour faciliter l’accès de tous au numérique et construire une société inclusive, qui ne laisse pas sur le bord du chemin les plus fragiles d’entre nous.

Je veux saluer ici ces initiatives. Conformes à l’idée que nous nous faisons d’une société moderne et au service des plus fragiles, elles allient engagement de l’Etat et de son administration et innovation du secteur privé. Car c’est ensemble que nous construirons une société inclusive, une société dynamique, créatrice de richesses et protectrice des plus fragiles.

C’est ensemble que nous ferons du numérique un atout pour tous nos territoires.

C’est ensemble que nous relèverons le grand défi de notre siècle : celui d’une société numérique porteuse d’espoirs et d’opportunités pour tous. Celui d’une France solidaire et innovante.

En guise de conclusion, je veux féliciter les trois lauréats des prix remis aujourd’hui : la Fondation Agir Contre l’Exclusion, ID6 et SIILAB et vous rappeler les mots de Gaston Berger : « Demain ne sera pas comme hier. Il sera nouveau et il dépendra de nous. Il est moins à découvrir qu’à inventer. »

Ensemble, inventons demain.

Merci à tous.