Dimanche prochain, défendons la France !

À six jours d’une élection historique à un seul tour, les sondages placent encore en tête la liste sortante du Front national et font apparaître une insuffisante mobilisation notamment chez les plus jeunes.
Nous aurions, avec la majorité présidentielle, préféré avoir à débattre, projets contre projets, bilans contre bilans, propositions contre propositions, idées contre idées avec les listes portées par les Partis socialistes et Les Républicains. Mais le monde tel qu’il est, loin des tribunes de salons du 7ème arrondissement et des plateaux des chaînes d’information continue, cristallisent un duel entre la majorité présidentielle et l’extrême-droite soutenue par des clans hostiles aux intérêts des Français.
Le bilan de la majorité sortante des eurodéputés lepénistes est en tout point catastrophique. La voix de la France n’a pu depuis 2014 se faire entendre au Parlement européen que sur de sombres affaires judiciaires de détournements de fonds.
Nous avons déjà perdu cinq années et certainement au pire moment de l’Histoire de l’Union européenne.
Or, c’est au Parlement européen que les intérêts des Français se défendent chaque jour, que ce soit pour nos agriculteurs, nos pêcheurs, nos entrepreneurs, nos étudiants, nos enseignants, nos travailleurs, nos chômeurs, nos infrastructures de transport, de santé, notre sécurité ou encore notre défense. Le monde tel qu’il est fait aujourd’hui face à trois chocs majeurs : le choc numérique, le choc climatique et le choc migratoire.
C’est la raison pour laquelle je lance depuis la Bretagne un appel à tous les Français.
Indépendamment de nos sensibilités, que vous soyez électeurs de gauche, électeurs conscients de l’urgence climatique, électeurs sociaux-démocrates, électeurs de centre droit, abstentionnistes, je vous appelle, j’appelle chaque citoyen, à se souvenir du 21 avril 2002 et à apporter sa voix à celle de la France.
Il en va de la place de la France en Europe, bien sûr, mais surtout dans le monde.
La victoire du clan nationaliste signifierait très concrètement une sortie de l’Union européenne au bénéfice d’intérêts étrangers et par conséquent une menace sur la paix que nos générations ne doivent jamais considérer comme acquise.
Le fonctionnement de l’Union européenne est largement perfectible, nous ne cessons de le dire. C’est la raison pour laquelle nous avons présenté 79 candidats exclusivement consacrés à porter nos 79 propositions très concrètes pour transformer l’Europe.
L’action de la majorité présidentielle n’est pas et ne sera jamais parfaite. Mais, par-delà ces visions, nous pouvons toutes et tous nous entendre sur l’idée essentielle que la France ne peut avoir pour contingent principal d’eurodéputés les troupes nationalistes stériles et mortifères du Front national.
La paix, nous la devons en France notamment aux Présidents de Gaulle et Mitterrand mais nous la devons surtout aux générations qui viennent.
Les partis sociaux-démocrates européens qui nous rejoignent chaque jour autour du Président de la République, mesurent l’urgence de la situation.
Le seul bulletin qui dira non aux nationalistes français et étrangers, c’est le bulletin de vote la République en Marche ! – Renaissance.
Souvenons-nous, dimanche prochain, dans l’isoloir, des paroles du Président Mitterrand : « Le nationalisme, c’est la guerre ! ».
Dimanche prochain, j’appelle chacune et chacun à se mobiliser et à ne laisser personne d’autre choisir notre Histoire et notre avenir.
Florian BACHELIER