La bataille pour l’emploi nécessite la mobilisation de tous et un changement de méthode

Jeudi 13 juin 2019, je réunissais les représentants de Pôle Emploi Bretagne, de Pôle Emploi Ille-et-Vilaine, de la CFDT d’Ille-et-Vilaine et de l’Union des Entreprises d’Ille-et-Vilaine. Au lendemain de la déclaration de politique générale du Premier ministre devant l’Assemblée nationale, qui ouvre l’acte II du quinquennat, cette réunion de travail a permis de faire un point de situation très concret sur l’état de l’économie locale et nationale, le financement des systèmes de solidarité, la formation professionnelle ou encore la compétitivité française.

Depuis le début du quinquennat, les transformations profondes opérées par la majorité, qui ne sont en réalité que la mise en application des engagements que nous avions pris devant les Français en 2017, portent leurs fruits. Depuis deux ans, ce sont plus de 500.000 Français qui ont retrouvé le chemin de l’emploi dont près de 93.000 au 1er trimestre 2019. Notre pays connait son plus bas niveau de chômage depuis 10 ans et nous avons enregistré la plus forte hausse de pouvoir d’achat depuis 2007. Le déficit public est à son plus faible niveau depuis 2006.

Les résultats sont là mais nous sommes néanmoins parfaitement conscients du chemin qu’il nous reste à parcourir, ensemble, pour sortir notre génération de l’ornière du chômage de masse. Ce combat ne pourra être mené et remporté que collectivement, en associant tous les Français, tous les acteurs et les opérateurs de la formation et de la création d’emplois.

L’enjeu principal, c’est la formation professionnelle. C’est la raison pour laquelle le gouvernement a réalisé un effort sans précédent : un plan d’actions sur 5 ans de 15 milliards d’euros visant à former 1 million de demandeurs d’emploi peu ou pas qualifiés et 1 million de jeunes éloignés du marché du travail. L’objectif est clair : répondre aux besoins des métiers en tension dans une économie en croissance et contribuer à la transformation des compétences, notamment liée à la transition écologique et à la transition numérique.

Parce que notre pire ennemi est l’immobilisme, tirons ensemble profit de nos expériences partagées pour faire, en actes concrets, de notre territoire un lieu pilote et innovant en matière de création d’emplois. De meilleurs résultats nous obligent à de nouvelles méthodes. Il n’est plus possible de se résigner à avoir autant de postes non pourvus que de demandeurs d’emplois. Formons, simplifions, accompagnons. Autorisons-nous à expérimenter et à constamment évaluer l’effet concret, dans la vie de nos concitoyens, de nos politiques publiques.