L’État investit 1,14 millions d’euros pour le CHU de Rennes

Une nouvelle fois, nos discours sont suivis par des actes : Agnès Buzyn a enclenché la mise en œuvre des mesures « Investir pour l’hôpital », comme le Gouvernement s’y était engagé, avec des premières réalisations dès janvier 2020.

En juillet 2019, déjà, l’État avait annoncé un investissement historique dans le cadre de la reconstruction du CHU de Rennes à hauteur de 87 millions d’euros.

En ce début d’année 2020, l’État injectera 1,14 millions d’euros dans le CHU de Rennes afin de redonner de la souplesse et des marges de manœuvre pour améliorer le quotidien des équipes hospitalières et pour mieux les accompagner dans les transformations, autour de trois axes :

  • Restaurer l’attractivité des métiers et (re)donner envie aux soignants d’exercer à l’hôpital,
  • Rétablir le dialogue et la souplesse de la gestion dans le quotidien de l’hôpital,
  • Réinvestir dans l’hôpital public en lui donnant des moyens nouveaux et de la visibilité dans le temps.

Nous opérons aujourd’hui, et pour les générations futures, le rattrapage de nombreuses années d’inaction en matière de santé.

Nous héritons d’une situation qui vient de loin et notamment du bilan de la Ministre socialiste Marisol Touraine.

La tâche est immense et difficile mais nous devons agir avec détermination car c’est l’engagement que nous avons pris devant les français.

La volonté affirmée par la majorité présidentielle est de faire de l’hôpital public un bien commun. Chaque Français doit pouvoir bénéficier d’un égal accès à des soins de qualité sur tout le territoire. Nous prenons nos responsabilités et accélérons la conduite de ce chantier essentiel.

C’est aux responsables publics de garantir la protection de tous, à l’État d’assurer les conditions la République sociale en actes.

Je veux, à nouveau, dire aux personnels de santé toute ma reconnaissance et exprimer mes remerciements pour l’investissement et la force d’engagement qu’ils déploient chaque jour au service de l’ensemble des patients. Ils sont les précieux soldats de la République.