Ouest-France – Élections régionales. Pourquoi le député Bachelier souhaite qu’elles soient reportées ?

Ouest-France – Élections régionales. Pourquoi le député Bachelier souhaite qu’elles soient reportées ?

Député LaRem d’Ille-et-Vilaine et premier questeur de l’Assemblée nationale, Florian Bachelier espère un report des élections de mars prochain. Il évoque la crise sanitaire et la nécessité de réformer l’institution.

Vous demandez que les élections régionales et départementales soient reportées. Pourquoi ?

Pour des raisons sanitaires, de mobilisation générale et de cohérence. Nous devons retenir la leçon des municipales avec, au final, l’élection de maires les moins bien élus de la Ve République. Sur le terrain, on nous parle d’emplois menacés, de santé, d’école, de sécurité… Pas des élections !

Au-delà du contexte sanitaire, vous estimez que ce report doit permettre d’engager une réforme institutionnelle. Qu’est-ce que cela veut dire concrètement ?

La crise sanitaire a principalement révélé que l’État et l’Union européenne ont été au rendez-vous. Mais elle marque aussi des dysfonctionnements dans les circuits de décisions qui doivent nous interroger collectivement sur la répartition des compétences, des financements et des responsabilités de chaque maillon de l’action publique. On ne peut pas dire que le vilain État jacobin ne comprend rien et, en même temps, l’appeler au secours pour assumer des responsabilités qui ne sont pas de son ressort. Que les conseils régionaux et départementaux formulent des contre-propositions concrètes avec un schéma de compétences clarifié et des projets bien définis qu’ils assumeraient entièrement. Les électeurs pourraient ainsi choisir une des directions proposées en conscience. Moi, je suis pour la fusion la création d’une assemblée de Bretagne qui fusionnerait conseil régional et conseils départementaux.

Ces questions sur les compétences et les moyens d’action des départements et des régions ne sont-elles pas très centrées sur un microcosme politique et très éloignées du quotidien des gens ?

Je crois au contraire que nous retisserions un lien de confiance entre les Français et les élus sur notre capacité à remettre en question nos fonctionnements et nos institutions pour gagner en lisibilité et en efficacité. La réforme institutionnelle fait partie des engagements du Président de la République. Il faut aller au bout.

Recueilli par Christel MARTEEL