Je souhaite une très belle et heureuse année à tous les habitants de notre huitième circonscription

Je souhaite une très belle et heureuse année à tous les habitants de notre huitième circonscription

Après les vœux à Mordelles avec Thierry Le Bihan, je souhaite une très belle et heureuse année à tous les habitants de notre huitième circonscription :
  • Rennes
  • Mordelles
  • L’Hermitage
  • Saint-Jacques-de-la-Lande
  • Vezin-le-Coquet
  • SaintGilles
  • LeRheu
  • Cintré
  • Chavagne

 

Monsieur le Maire,

Cher Thierry,

Mesdames et Messieurs les élus du Conseil municipal de Mordelles,

Mes chers amis,

Avant toute chose : très belle et heureuse année, à vous, ainsi qu’à vos familles, vos proches, vos amis.

2021 sera une année cruciale.

Par-delà nos sensibilités, il nous faudra rebâtir, reconstruire notre pays qui a fait face et fait face encore à des chocs inouïs, jamais connus en temps de paix.

La pandémie bien sûr, avec des conséquences sur nos emplois et nos entreprises, l’éducation de nos enfants, avec des conséquences sociales extraordinaires, au sens littéral du terme.

Le choc climatique mondial ensuite, que nous connaissons depuis des dizaines d’années, mais qui prend un virage de plus en plus serré, même si la France est le 2ème pays la plus écologique du monde après la Suisse.

Enfin, le choc sécuritaire : je veux parler de ce terrorisme islamiste qui nous menace un peu plus chaque jour et que j’avais évoqué parmi vous l’année dernière.

Ces multiples chocs heurtent notre Nation, testent son unité.

Et nous avons montré que nous étions capables de faire bloc.

Ils nous ébranlent aussi dans notre intimité :  nos façons de vivre, de nous soigner, d’apprendre, de nous cultiver, de consommer ont soudain été bouleversées.

  Quand tout change, on cherche des repères de stabilité.

Et nous avons la chance en France de pouvoir compter sur des institutions qui nous protègent et protègent nos valeurs.

  • L’Etat et ses bras armés : nos militaires, nos policiers, nos gendarmes.
  • Les collectivités locales.
  • L’Europe à qui nous devons, grâce au Président de la République, un plan de relance inédit.
  • Et j’ajouterais l’autorité judiciaire.

Tous nous ont permis de tenir ensemble et ensemble de tenir la Nation.

Et Thierry Le Bihan m’a interrogé pour cette cérémonie, au format un peu spécial, sur les notions de transition et de citoyenneté.

Et comme vous le savez, j’obéis toujours à Thierry, je veux donc partager avec vous quelques convictions simples.

La première, c’est l’état dans lequel nous nous trouvons.

Soyons tous ensemble lucides sur la période historique que nous traversons et sur cette défiance qui hélas s’est installée dans notre société.

C’est le meilleur moyen pour bien agir.

Deuxième conviction : c’est que nous ne nous en sortirons, comme disait Jaurès parlant de la République, que par « l’ordre et le mouvement », en même temps.

L’ordre, parce que c’est ce qui permet de vivre ensemble et d’éviter le règne de l’arbitraire. Et voilà pourquoi je suis toujours en soutien à ceux qui donnent force à la loi.

Le mouvement, parce que la force de la France c’est d’aspirer à toujours regarder devant.

Troisième conviction : c’est que les responsables politiques doivent aller au bout de leur réinvention, de leur révolution.

  • La première réinvention est un retour aux sources. Les responsables politiques doivent revenir à quelques principes simples : être acteurs et non pas commentateurs, être respectueux, scrupuleux de la séparation des pouvoirs, résister aussi au culte de l’émotion pour y opposer le travail patient de la raison qui éclaire les choix de la République.
  • Deuxième réinvention : dire ce qu’on fait et faire ce qu’on dit. L’écart entre les mots et les choses, voilà le principal terreau de la défiance.
  • Troisième réinvention, la clarification des responsabilités politiques.

J’ai déjà eu l’occasion de le dire à Mordelles, personne ne sait de quoi est véritablement responsable un député, un sénateur, un député européen, un exécutif régional, un exécutif départemental, un exécutif métropolitain, un exécutif municipal. Cet imbroglio aussi nourrit la défiance.   

Voilà pourquoi je suis :

– pour la réduction du nombre de parlementaires,

– pour une proportionnelle intégrale à l’Assemblée nationale car je crois moi en la force de la démocratie représentative,

– pour la fusion du conseil régional et du conseil départemental, pour l’Assemblée de Bretagne,

– pour une réflexion sur la fusion du Sénat et du CESE, en une chambre des territoires et des citoyens.

Tout simplement pour savoir qui fait quoi et qui est responsable de quoi.

  •  Quatrième réinvention enfin, celle de l’exemplarité. Quand on demande des efforts aux Français on doit d’abord les faire pour soi. C’est la raison pour laquelle depuis 3 ans – à mon niveau, comme Premier questeur de l’Assemblée Nationale – j’ai assumé des transformations radicales de notre Institution :

– suppression du régime spécial de retraite des députés,

– suppression du régime spécial de protection chômage des députés,

– suppression des avantages particuliers,

– contrôle exigeant des frais de mandat,

réduction de 35 millions d’euros d’argent public du budget de l’Assemblée

Cela n’a certes pas fait toujours la une, même chez nous, car les trains qui arrivent à l’heure intéressent moins le bruit de l’époque.

Mais je crois aux forêts qui poussent en silence, même si elles font moins de bruit qu’un arbre qui tombe.

Voilà, mon Cher Thierry, mes chers amis, ce que je voulais partager avec vous en ce début d’année 2021.

Réinventons la politique pour reconstruire la France.

C’est cette transition citoyenne qu’en 2021 notre belle Nation doit opérer.

J’y mettrai toute mon énergie, aux côtés du Président de la République, jusqu’à la dernière minute de mon mandat.

Libre et fier de vous servir.

Je vous embrasse.