Presse

LES ÉCHOS [Portrait] Florian Bachelier, le « monsieur Economie » de l’Assemblée nationale

Florian Bachelier a le profil : 38 ans, passionné de sciences politiques, mordu de littérature, de gauche, mais convaincu que  « l’économie n’est pas l’ennemie du social », et avocat spécialiste du numérique et des start-up. C’est d’ailleurs sous son impulsion que les tablettes remplaceront le papier lors de l’examen de textes de loi à l’Assemblée nationale dès le 1er janvier 2018. Il ne cesse de concilier vieux monde et nouvelle économie. Un Emmanuel Macron en puissance ? Pas étonnant dès lors qu’il ait rejoint En marche juste après son lancement le 6 avril. A peine un an plus tard, il est élu député puis premier questeur de l’Assemblée nationale. Chargé des deniers du Palais-Bourbon, il a présenté, fin septembre, un budget dans la droite ligne de son mentor, traquant les économies.

« Ce qui s’est passé en un an a été… fulgurant », dit-il, en cherchant le bon mot. Son ascension a, en effet, de quoi faire pâlir d’envie. Premier questeur, ce n’est pas rien. Surtout pour quelqu’un qui a dû payer ses études de droit en livrant des pizzas pour compléter sa bourse.  « Je suis un enfant de la République », dit-il avec humilité. Mais son ascension n’est pas due qu’au hasard. Et En marche n’est pas son premier engagement politique. Après être entré au PS à 16 ans pour défier ceux qui prétendaient que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique, il s’engage résolument en 2006 pour soutenir Dominique Strauss-Khan. Mais la nuit du Sofitel brise son élan. Sa route finit par croiser celle de Richard Ferrand, qui le convainc de rejoindre En marche dès le premier jour. Après un rendez-vous déterminant, en août, avec le député du Finistère,  « où tout reste encore à faire » dit-il, il prend le rôle de référent d’Ille-et-Vilaine et commence à travailler sur les législatives. Il s’improvisera aussi chauffeur pour Emmanuel Macron sur un Salon d’agriculteurs, où il côtoie pour la deuxième fois le futur président.

Serrer la ceinture du Palais-Bourbon
Leur première rencontre avait eu lieu lorsque ce dernier était encore ministre, lors d’un déplacement autour de la French Tech. Au Salon, Florian Bachelier constate l’enthousiasme que suscite le candidat sur le terrain et commence sérieusement à y croire. Au final, le département d’Ille-et-Vilaine a été le deuxième qui a le mieux voté pour Emmanuel Macron après Paris. Lors des législatives, LREM engrange 6 sièges sur 8. Ce résultat vaut à Florian Bachelier un SMS de félicitations du nouveau président, qui a perçu le potentiel de ce jeune qui lui ressemble. Des rumeurs sur un possible secrétariat d’Etat circulent. Mais ce sera la questure, avec un mot d’ordre : mettre en musique le programme présidentiel.

Lire la suite : https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/030682381309-florian-bachelier-le-monsieur-economie-de-lassemblee-nationale-2120890.php#xiFZgx4HJFeHhmgw.99