Presse

OUEST FRANCE [Article] Conférence des territoires boycottée, la réaction du député Bachelier

Les présidents des régions de France, des départements et de l’association des maires de France ont annoncé ce mardi matin leur intention de boycotter la prochaine conférence nationale des territoires. Une « décision irresponsable » pour le député LREM d’Ille-et-Vilaine Florian Bachelier.

Ce mardi matin, Hervé Morin, président des régions de France, Dominique Bussereau, président de l’association des départements de France et François Baroin, président de l’association des maires de France, ont annoncé leur intention de boycotter la prochaine réunion de la conférence nationale des territoires qui se tiendra le 12 juillet. « Cette décision est irresponsable et traduit leur totale déconnexion des besoins réels des territoires », estime le député LREM d’Ille-et-Vilaine, Florian Bachelier.

 

« Pure communication politique »

« Alors même que le Président de la République et le Premier Ministre portent l’ambition de renouer un véritable lien de confiance entre l’Etat et les territoires, cette décision de pure communication politique démontre à la fois le conservatisme et le cynisme d’associations qui n’ont d’autre ambition que d’offrir un bref espace médiatique à trois anciens ministres soutiens du candidat François Fillon. »

 

Dotations en hausse

Florian Bachelier note cependant que « la réalité est bien différente de celle présentée par les boycotteurs : depuis le début du quinquennat, la dotation aux collectivités a pour la première fois depuis 7 ans augmenté. Pour la 8e circonscription d’Ille-et-Vilaine, c’est par exemple 2 % d’augmentation pour Rennes, 4,3 % pour Vézin-le-Coquet ou encore 3,8 % pour Saint-Jacques-de-la-Lande. »

 

Limiter les dépenses

Le député En Marche précise que « près de 71 % des collectivités territoriales entrant dans le champ de la contractualisation ont d’ores et déjà signé un contrat avec l’Etat pour la limitation de leurs dépenses de fonctionnement. C’est le cas du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine par exemple ».

Le parlementaire bretillien estime que « les territoires ont compris, bien avant les formations politiques moribondes qui prétendent les représenter, l’importance d’une relation franche et directe avec l’Etat ».

 

« 2300 milliards de dette »

« La politique de la chaise vide est irresponsable et démontre pour ceux qui en doutaient la vacuité actuelle des oppositions conservatrices. Privilégier la posture et le cynisme à la responsabilité et à l’intérêt général ne peut qu’aboutir à la pénalisation de nos territoires. Pour retisser le lien de confiance, chacun doit prendre ses responsabilités en se rappelant toujours du sens profond de son engagement et parfois des 2 300 milliards de dettes que nous faisons peser depuis des décennies sur la prochaine génération. »