Presse

OUEST FRANCE [ Article ] Cybersécurité. Le député Florian Bachelier souhaite accélérer… et légiférer

Florian Bachelier, député LREM d’Ille-et-Vilaine, vient de prendre la tête du groupe d’études sur la sécurité et la souveraineté numérique à l’Assemblée. Il souhaite une prise de conscience collective pour lutter contre les cyberattaques. Il estime même « que l’Assemblée peut légiférer : soit en incitant à l’investissement dans la cybersécurité, soit en sanctionnant les organisations qui ne mettent pas en place des outils pour lutter contre les attaques numériques ».

Vous venez de prendre la tête du groupe d’études sur la sécurité et la souveraineté numérique à l’Assemblée. Avec quels objectifs ?

Les systèmes informatiques des entreprises subissent chaque jour, en Europe, 4 000 attaques. Ces cyberattaques ne sont plus un phénomène nouveau. Elles sont plus intenses et plus diffuses. Elles n’épargnent rien ni personne : données personnelles, entreprises, infrastructures de défense, services publics, Parlements. J’ajoute qu’en 2020, les objets connectés seront trois fois plus nombreux que la population mondiale. Notre vulnérabilité sera largement décuplée.

La sécurité numérique est une question fondamentale pour nos sociétés. Il en va de notre économie comme au fond de notre souveraineté nationale. Nous ne pouvons plus aujourd’hui nous payer le luxe de perdre la bataille de la donnée comme hier celle d’internet.

Comment agir ?

Il faut sensibiliser tout le monde à la gestion du risque, l’hygiène et la résilience numériques. En France, l’Assemblée peut légiférer : soit en incitant à l’investissement dans la cybersécurité, soit, pourquoi pas, en sanctionnant les organisations qui ne mettent pas en place des outils pour lutter contre les attaques numériques. Nous devons aussi accompagner les PME qui n’ont pas les moyens des grands groupes pour se défendre.

Il suffit de se rappeler que NotPetya, un logiciel malveillant originellement destiné à saboter les institutions ukrainiennes, a fait perdre 250 millions d’euros à un groupe comme Saint-Gobain, pour comprendre rapidement qu’une cyberattaque peut être fatale pour une PME. Nous sommes donc déterminés à anticiper et à accompagner l’accélération de la mutation numérique de notre société : l’économie, l’État, la justice, toutes nos organisations.

C’est aussi un projet européen ?

Internet n’a pas de frontière et les géants du web sont aussi puissants que certains États. Il faut poursuivre le projet politique européen, renouer plus profondément avec son fondement même : la coopération entre États. Dix-huit états membres soutiennent désormais la proposition française de taxer les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) pour financer l’innovation de rupture.

À l’horizon 2021, dans tous ces secteurs, le cyber créera 3 millions d’emplois en Europe. Le projet européen, c’est donc aussi de former rapidement les générations à venir. Rennes et la Bretagne doivent être en première ligne.

Vincent JARNIGON

Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/cybersecurite-le-depute-rennais-f-bachelier-souhaite-accelerer-et-legiferer-5540912