Presse

OUEST FRANCE [Article] Rennes. Les députés En Marche face aux cheminots en grève.

Ce matin, pendant plus de deux heures, les personnels en grève de la SNCF ont croisé le fer avec les députés En marche, venus à la rencontre de l’intersyndicale. Ce qui devait être un débat a tourné au dialogue de sourds.

L’intersyndicale qui rassemble les cheminots en grève s’est réunie ce lundi matin, à Rennes. Elle a invité les députés de la République en marche (LREM) à venir débattre de l’avenir de la SNCF. Un dialogue tendu, sans concessions, sur la réforme engagée par le gouvernement.

Ce matin, pendant plus de deux heures, les personnels en grève de la SNCF ont croisé le fer avec les députés En marche, venus à la rencontre de l’intersyndicale. Ce qui devait être un débat a tourné au dialogue de sourds.

Dans la cour, près de la gare SNCF, les grévistes se ont rassemblés pour débattre avec les députés. | Ouest-France

« J’entends votre souffrance »

Florian Bachelier, le député rennais, également premier questeur de l’Assemblée nationale, est descendu dans l’arène. « Je ne suis pas là pour vous faire la leçon, pour vous faire la messe », a déclaré d’emblée ce parlementaire qui se présente comme « fils de cégétiste ».

Florian Bachelier avec ses collègues députés, Laurence Maillart-Méhaignerie et Gaël Le Bohec | Ouest-France

Sous les huées des cheminots

« L’avenir du service public ferroviaire, j’y crois aussi, assure le député. Mais quand il ne fonctionne pas bien, on ne peut pas rester dans un statu quo. L’origine du malaise, ce ne sont pas les cheminots mais le désengagement de l’État. Pour réformer, on a besoin de vous autour de la table. » Peine perdue, Florian Bachelier affronte rapidement les huées des cheminots en colère. Sans parvenir à convaincre.

Deux autres députés

« Ça ne sert à rien de me hurler dessus, je ne me défausse pas, je dis ce que je pense », se défend le député, pour qui l’ouverture à la concurrence permettra de créer des emplois, de développer l’activité. Au bout d’une heure, Laurence Maillart-Méhaignerie et Gaël Le Bohec le rejoignent. Ses collègues députés dans le groupe de la majorité présidentielle écoutent attentivement mais restent silencieux.

La grève se poursuit, avec des agents de la SNCF toujours aussi déterminés. | Ouest-France

« Vous n’êtes pas pris en otage »

« Je crois aux services publics qui rassemblent les Français », finit par conclure Florian Bachelier, avant de terminer par une rencontre à huis clos avec l’intersyndicale. « Ici, vous n’êtes pas pris en otage, pas plus que les voyageurs », disent de leur côté les cheminots, avec le sentiment d’un rendez-vous manqué. Dans ce conflit qui s’éternise, personne ne voit encore le bout du tunnel.

Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-les-deputes-en-marche-face-aux-cheminots-en-greve-5717554?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter